Piano

Labels

Nouveaux produits

Meilleures ventes

Information

Paiement Sécurisé

Schubert - Chopin - Brahms : Oeuvres tardives pour piano

ARS38173

Nouveau

Maria Gabrys, pianoforte (Pianoforte Blüthner, 1874)

Plus de détails

16,00 €

Fiche technique

Label :Ars Produktion
EAN :4260052381731
Format :SACD hybrid
Nombre du Support :1
Année édition :2015
Code Prix :UVM042
Genre :CLASSIQUE
Date de Sortie :20/10/2017
Compositeur/Artiste Principal :Schubert / Chopin / Brahms

En savoir plus

Franz Schubert (1797-1828) : 3 pièces pour clavier Op.Posth D.946 - Johannes Brahms (1833-1897) : 6 pièces pour clavier Op.118 - Frédéric Chopin (1810-1849) : Mazurka en sol min Op.67 n°2

“Ce nst pas le premier disque de Maria Gabryś. Un programme Chopin avait paru chez Arco Diva en 2011, qui mvait tiré lreille. Une artiste, des idées. Voilà son second opus qui comme le précédent ne tutoie que des chefs-duvre. Mais cet album a deux héros, la pianiste, toujours aussi diseuse, ne choisissant jamais les phrasés dcole, libérant les polyphonies et mettant partout ce sens du rythme qui caractérise son jeu, et le piano lui-même : un Blüthner de 1874, au clavier peu pratique, mais au corps somptueux. Son boisé, sa profondeur, son médium résineux vont comme un gant aux paysages crépusculaires des Klavierstücke Op. 118 où Maria Gabryś met un ton de légende, pas si loin que cela des Ballades, fermant la boucle du piano de Brahms.
Les trois Klavierstücke Op. Posth. de Schubert étonnent par leur concentration – rien dxtérieur, mais plutôt une poésie amère – et leurs chants altiers, sans atermoiement autre que pour y introduire une dimension fantasque. Maria Gabryś avance quoi qul se dise, elle nime pas les parenthèses, elle veut garder la ligne générale, lquilibre. Avec cela, toujours cet art des accents qui galbe la phrase – elle nst pas polonaise pour rien !
Justement elle termine chez Chopin, laissant la Mazurka Op. 68 No. 4 là où le compositeur l abandonnée. Un presque rien pour clore llbum, ce Largo qui pourrait être une romance du dernier Schumann. Artiste à suivre décidément.”
Jean Charles Hoffelé pour www.artalinna.com