Musique du XXème siècle

Labels

Nouveaux produits

Meilleures ventes

Information

Paiement Sécurisé
Nouveau Prix réduit ! Kabalewski, Dmitri : Préludes / Raphaël Epstein Agrandir l'image

Kabalewski, Dmitri : Préludes / Raphaël Epstein

ARS38611

Nouveau

Raphaël Epstein

Plus de détails

12,67 €

-5%

13,33 €

Fiche technique

Label :Ars Produktion
EAN :4260052386118
Format :CD
Nombre du Support :1
Année édition :2022
Code Prix :UVM002
Genre :CLASSIQUE
Date de Sortie :17/06/2022
Compositeur/Artiste Principal :Kabalewski

En savoir plus

Dmitri Kabalevski (1904-1987) : 24 Préludes Op.38, 3 Préludes Op.1, 3 Préludes Ex-Opus 19

Raphaël Epstein, piano

Connu principalement comme excellent pédagogue avec ses nombreuses pièces pour piano dédiées à la jeunesse, DIMITRI KABALEVSKY (1904–1987) n'en est pas moins un des compositeurs russes les plus importants du XXe siècle, avec notamment plusieurs concertos, quatre symphonies, trois sonates pour piano et plusieurs opéras. Il occupa également un rôle de premier plan au sein de l'Union des Compositeurs Soviétiques, dont il fut l'un des instigateurs. On a pu lui reprocher d'adhérer aux directives de la politique officielle – et les 24 préludes op. 38 s'y conformaient sans aucun doute, en utilisant comme matériau des mélodies folkloriques russes. Cependant il fut un temps accusé lui aussi de « formalisme », aux côtés de compositeurs plus subversifs comme Chostakovitch ou Proko- fiev, ce qui démontre combien il était difficile d'échapper à la censure du régime soviétique.
Les trois préludes ex-opus 19 – qui paraissent ici en premier enregistrement mondial, et les trois préludes op. 1 datent respectivement de 1924 et 1925, alors que Kabalevsky commençait à peine ses études de composition au conservatoire de Moscou. Si le style de ces pièces n'a pas grand chose en commun avec celui des préludes op. 38, composés 18 ans plus tard, elles témoignent d'une grande sensibilité et de la prédilection du compositeur pour les formes courtes. Elles nous renseignent aussi sur la fascination que devait exercer Scriabine sur Kabalevsky, l'influence la plus perceptible dans ces œuvres de jeunesse.
Si Vladimir Horowitz avait inscrit les 24 préludes op. 38 à son répertoire, c'est sans doute pour la manière incomparable dont ils mettent le piano en valeur, à travers la diversité de caractère et d'ex- pression des pièces, la maîtrise de l'écriture, et l'utilisation de tous les registres, de l'extrême grave à l'extrême aigu. Comment ne pas tomber sous le charme des mélodies enchanteresses des préludes I, VIII, XVII, XX ou encore XXIII ? Comment ne pas être frappé par la grandeur orchestrale et colorée des préludes IV, V, VI, X, XII, XIII, XVI, XVIII, XXI ? Séduit par l'esprit et l'humour, parfois la moquerie des n° II, III, VII, IX, XI, XV, XXII ? Saisi par la virtuosité sans fard des XIV et XXIV ?
A l'instar de ceux de Frédéric Chopin, les 24 préludes parcourent l'éventail des 24 tonalités, majeures et mineures, en suivant le cycle des quintes. Outre les mélodies populaires qui constituent le socle du cycle, les préludes contiennent de nombreuses allusions aux illustres aînés tels Moussorgsky, Rimsky-Korsakov, Liadov et Balakirev, ou contemporains comme Stravinsky. Raphaël Epstein