Labels

Nouveaux produits

Meilleures ventes

Information

Paiement Sécurisé
Fairy Tales, Transcriptions pour piano et orgue Agrandir l'image

Fairy Tales, Transcriptions pour piano et orgue

HOR554

Nouveau

Nikitine Sisters Duet : Katherine Nikitine piano / Véra Nikitine, orgue (Cavaillé-Coll/Gonzalez/Aubertin de luditorium de Lyon)

Plus de détails

12,50 €

Fiche technique

Label :Editions Hortus
EAN :3487720005541
Format :CD
Nombre du Support :1
Année édition :2017
Code Prix :UVM004
Genre :CLASSIQUE
Date de Sortie :24/03/2017
Compositeur/Artiste Principal :Liszt / Moussorgski / Tchaïkovski

En savoir plus

Franz Liszt (1811-1886) : Concerto pathétique - Modeste Moussorgski (1839-1881) : Tableaux d'une exposition - Piotr Ilitch Tchaïkovski (1840-1893) : La Belle au bois dormant / Transcriptions pour piano et orgue

Le Nikitine Sisters Duet nous transporte dans l’univers des contes de fées par ses propres transcriptions : après avoir entendu le Concerto pathétique et rêvé sa visite des Tableaux d’une exposition, la Belle au bois dormant s’éveille enfin. Un duo rare sur des instruments d’exception : le piano prototype « Opus 102 » de Stephen Paulello et le grand-orgue historique de l’Auditorium de Lyon. Difficile de fixer exactement les débuts du Nikitine Sisters Duet : les deux artistes ont joué ensemble depuis leur plus jeune âge… Formées à la musique par leurs parents, elles jouaient à quatre mains sur le piano familial, s’amusant à déchiffrer une multitude de morceaux ou improvisant de courtes pièces pour illustrer les innombrables histoires nées de leur imagination. Après une période d’études qui les sépare un temps – l’une étudiant à Paris et l’autre à Lyon –, les deux sœurs décident de renouer avec leurs premières amours et se retrouvent pour porter leur fantaisie sur scène. Après un premier récital en 2009, dans le cadre du Festival d’orgue de Saint-Eustache à Paris, elles multiplient les concerts dans les plus grands festivals – Passau, Modène, Rome, etc. – et choisissent le nom de Nikitine Sisters Duet (référence facétieuse aux Marx Brothers), entérinant ainsi l’existence de l’ensemble.