Musique Contemporaine

Labels

Nouveaux produits

Meilleures ventes

Information

Paiement Sécurisé
Prix réduit ! Rigaux, Gabriel : Sylves, mélodies françaises Agrandir l'image

Rigaux, Gabriel : Sylves, mélodies françaises

HOR179

Nouveau

Marie Kalinine, mezzo-soprano / Alexandrine Lerouge-Monnot, soprano / Olga Listova, soprano / Sébastien Lemoine, baryton / Benjamin Woh, ténor / Jeanne Degos, hautbois / Pierre Golse, flûte / Lorentz Réty, hautbois et cor anglais / Orlando Bass, piano / Nicolas Dross, piano / Mayuko Ishibashi, piano

Plus de détails

11,88 €

-5%

12,50 €

Fiche technique

Label :Editions Hortus
EAN :3487720001796
Format :CD
Nombre du Support :1
Année édition :2019
Code Prix :UVM004
Genre :CLASSIQUE
Date de Sortie :22/11/2019
Compositeur/Artiste Principal :Rigaux

En savoir plus

Gabriel Rigaux : Aventures quatre poèmes de Guillaume Apollinaire tirés des "Alcools, Lune à l'Aube d'été poème de Philippe Jaccottet, Lune d'Hiver poème de Philippe Jaccottet, Les Eaux et les Forêts quatre poèmes de Philippe Jaccottet, Martinets poème de Philippe Jaccottet, Ce qui nous sépare du clair poème de Philippe Jaccottet, Le Théâtre de la Cruauté poèmes radiophoniques d'Antonin Artaud, Le Vaste Monde quatre poème de Louis Aragon tiré du “Roman inachevée”

Marie Kalinine, mezzo-soprano / Alexandrine Lerouge-Monnot, soprano / Olga Listova, soprano / Sébastien Lemoine, baryton / Benjamin Woh, ténor / Jeanne Degos, hautbois / Pierre Golse, flûte / Lorentz Réty, hautbois et cor anglais / Orlando Bass, piano / Nicolas Dross, piano / Mayuko Ishibashi, piano

Le genre mélodie en question c'est l'art du chant ; celui, très naturel et spontané qu'on connait depuis toujours avec la chanson, et celui, plus en retrait, même quand il est déclamé, qui se construit sur d'autres schémas et d'autres filiations. Les mélodies qui composent cet album sont moins portées sur la ritournelle et davantage sur le conte. La meilleure illustration de ce lien, ténu mais conservé avec la chanson, s'entend peut-être dans le cycle Apollinaire ; son chant se déploie de façon plus directe que celui du cycle Jaccottet, davantage proche, par certains aspects, de l'opéra. Le cycle Artaud, quant à lui, s'apparente au théâtre, par son nom même («Théâtre de la Cruauté») mais aussi par son traitement : il ne s'agit plus de chanter le récit de ses aventures ou de conter une histoire mais d'adopter plusieurs masques. Ce disque offre une variété tant du point de vue de style comme du caractère et d'interprètes. Le recueillement laisse place à l'exclamation et un cycle porté par une voix féminine et juvénile suit un autre porté par une voix masculine et mûre. Le genre mélodique c'est aussi l'art du lien avec l'instrument. Pour ce disque c'est d'abord le piano qui forme avec le chanteur ou la chanteuse un duo plus qu'un accompagnement mais c'est aussi une flûte, un hautbois et un cor anglais (de la famille du hautbois), parfois seuls avec le piano, d'autres fois ensemble, qui complètent le discours et les couleurs donnés par le chant.