Musique Ancienne

Labels

Nouveaux produits

Meilleures ventes

Information

Paiement Sécurisé
Voyage musical en Nouvelle-Espagne, Sur les traces de Hernán Cortès Agrandir l'image

Voyage musical en Nouvelle-Espagne, Sur les traces de Hernán Cortès

FLO4519

Nouveau

Les Sacqueboutiers, ensemble de cuivres anciens de Toulouse : Adriana Fernandez, soprano / David Sagastume, alto / Victor Sordo, ténor / Daniele Carnovich, basse / Jean-Pierre Canihac, Cornet à bouquin / Daniel Lassalle, Sacqueboute / Philippe Canguilhem, Chalémie / Laurent Le Chenadec, Dulciane / Eduardo Egüez, Théorbe / Florent Tisseyre, Percussions / Yasuko Uyama-Bouvard, Orgue

Plus de détails

Ce produit n'est plus en stock

11,66 €

Fiche technique

Label :Flora
EAN :0638097482272
Format :CD
Nombre du Support :1
Année édition :2019
Code Prix :UVM040
Genre :CLASSIQUE
Date de Sortie :21/06/2019
Compositeur/Artiste Principal :Manuscrit de Santa Eulalia / Fernandes / Ximenez / Zépedes / Arañes

En savoir plus

Manuscrit de Santa Eulalia (1556): Sorsayal - Fahuana - Asculo, Te re re que za za - y technepa Sacramento, Miserere mei, Oy hacemos fiesta, Oy sube nuestra Esperanza, Si tanta gloria se da - Victoria quien a vencido, Sancta Maria – Dios nimahau, El fiel peso y medida - Sed Miguel fuerza y escut - Gaspar Fernandes (1565-1629) : Venimo con glan contento, no teneros mi Dios à, Oh labios decidme vos, Tañe Gil tu tamborino à, Ven y veraìs, zagalejo - José Ximenez (1600-1672) : Batalla de sexto tono - Juan Garcia de Zépedes (1619-1678) : La guaracha - Santiago de Murcia (1673-1739) : Tarantella - Anonyme : No hay que decirle - Juan Peréz Bocanegra (1598-1631) : Hanacpachap - Juan Arañes (15..?-1649) : Chacona A la vida bona

Lorsqu'à la fin de l'année 1518, Fernando Cortés part de Cuba pour un voyage exploratoire au Mexique, il ne se doute pas de ce qu'il s'apprête à rencontrer : une civilisation entièrement différente de la sienne, où les relations sociales, les productions artistiques, les rites religieux, la conception même du monde s'opposent de façon spectaculaire aux schémas européens. Pour rendre compte de ce « choc de la conquête » les textes retrouvés alternent les points de vue : tantôt empruntés à des conquistadores compagnons de Cortés, ils sont également tirés des chroniques indiennes qui ont raconté l'arrivée des Espagnols et l'incompréhension qui en a résulté. Cette rencontre entre deux mondes a aussi été musicale, comme en témoigne le programme de ce concert qui fait entendre des oeuvres composées et jouées en Nouvelle Espagne au 16e siècle. Les Indiens, immédiatement fascinés par la musique des Espagnols, ont très rapidement été capables, à travers l'enseignement des franciscains, de chanter et jouer des instruments, puis pour certains d'entre eux, de composer de la musique vocale et instrumentale selon les règles de contrepoint qu'ils avaient apprises de leurs professeurs. D'autre part, ces rencontres musicales bénéficient du profond métissage culturel en oeuvre dans toute la Nouvelle Espagne aux 16e et 17e siècles : les textes des villancicos locaux font alterner le « nahuatl » (langue mexicaine ancienne), le portugais, l'espagnol “cultivé” avec le parler caractéristique des peuples d'Afrique. Par ailleurs, les galions apportent des rythmes provenant de toute la Méditerranée : Chaconas, Jotas, Morescas, Jacaras... qui s'incorporent sans complexes aux rythmes indigènes : Guarachas, Negrillas, Mestizos, Chacareras