Musique Baroque

Labels

Meilleures ventes

Information

Paiement Sécurisé
Göttinger Stadtmusik - Oeuvres de Rudorff, Bach & Quantz Agrandir l'image

Göttinger Stadtmusik - Oeuvres de Rudorff, Bach & Quantz

COV91911

Nouveau

Hanna Zumsane, soprano / Nicole Pieper, alto / Jacob Lawrence, ténor / Henryk Böhm, basse / Dorothee Kunst / Göttinger Barockorchester / Antonius Adamske, direction

Plus de détails

Ce produit n'est plus en stock

13,33 €

Fiche technique

Label :Coviello Classics
EAN :4039956919117
Format :CD
Nombre du Support :1
Année édition :2019
Code Prix :UVM002
Genre :CLASSIQUE
Date de Sortie :25/10/2019
Compositeur/Artiste Principal :Rudorff / Bach / Quantz

En savoir plus

Wilhelm Friedemann Bach (1710-1784) : Ach, daß du den Himmel zerrissest BR‑WFB F 3, FK 93 - Carl Friedrich Rudorff (1749-1796) : Lobet ihr Himmel den Herrn CFR-WV 6*, Herr! Thue meine Lippen auf CFR-WV 13*, Lobet den Herrn, lobet ihr Knechte des Herrn CFR-WV 14* - Carl Philipp Emanuel Bach (1714-1788) : Symphonie en do Maj pour 2 flûtes, 2 cors, cordes et Continuo H. 649 WA 174 - Joseph Joachim Quantz (1697-1773) : Concerto pour flûte en sol Maj QV 5:174 / * Premier Enregistrement Mondial

Carl Friedrich Rudorff partage avec de nombreux autres maîtres musicaux de son temps le destin de ne plus être connu aujourd'hui que par un public très réduit d'experts - bien que cela ait semblé bien différent de son vivant: après tout, en 1796, il reçut une sépulture du deuxième plus haut rang dans sa catégorie, qu'il n'appartenait de donner qu'à de hauts dignitaires et à des personnalités reconnues publiquement. Rudorff était un professeur, un chef de choeur et un compositeur recherché qui occupait une fonction publique importante en tant que chantre figural. Ses œuvres ne sont que partiellement préservées et représentent le style classique et sensible de ses premières oeuvres. La comparaison avec des collègues plus âgés et mieux connus, les fils de Bach Carl Philipp Emanuel et Wilhelm Friedemann, ainsi que le compositeur royal de la cour prussienne Johann Joachim Quantz - tous trois étroitement liés à Göttingen - prouve la vitalité de la scène musicale d'alors.