Lieder - Mélodies - Chansons

Labels

Nouveaux produits

Meilleures ventes

Information

Paiement Sécurisé

Dowland in Dublin

ACD22650

Nouveau

Michael Slattery, ténor / La Nef : Betsy MacMillan, viole de gambe / Amanda Keesmaat, violoncelle baroque / Alex Kehler, violon / Grégoire Jeay, flûtes / Andrew Horton, contrebasse / Patrick Graham, percussions / Sean Dagher, cistre / Sylvain Bergeron, guitare baroque, luth / S.Bergeron, S.Dagher et M.Slattery, direction

Plus de détails

12,50 €

Fiche technique

Label :Atma Classique
EAN :0722056265027
Format :CD
Nombre du Support :1
Année édition :2012
Code Prix :UVM004
Genre :CLASSIQUE
Date de Sortie :23/06/2017
Compositeur/Artiste Principal :Dowland

En savoir plus

John Dowland (1563-1626) : Sleep Wayward Thoughts, Now O Now I Needs Must Part, Behold a Wonder Here, Fine Knacks for Ladies, Say Love i Ever Thou Didst Find, Away With These Self-Loving Lads, Come again Sweet Love, Me Me and None but Me, Lacrimae Pavan, Time Stands Still, Come Heavy Sleep, Kemp Jig/Mistress Winter Jump/My Lady Hundson Puffe, Cleor or Cloudy, A Galliard, O Sweet Woods, A Sherpherd in a Shade, His Golden Locks / Arrangements de Sylvain Bergeron & Sean Dagher
 

“To my loving countryman, Mr. John Forster the younger, merchant of Dublin, in Ireland.” C’est par cette dédicace de la pièce From Silent Night, extraite de son Pilgrim’s Solace (1612), que John Dowland dévoile ses possibles origines irlandaises. Souvent considéré comme le premier grand compositeur « anglais », Dowland serait-il en fait un Irlandais ? Il serait issu d’une vieille famille irlandaise, les O’Dolan, qui s’était établie à Dublin au milieu du XVIe siècle. Dowland est principalement connu aujourd’hui pour la valeur expressive de ses Ayres. Pour la réalisation de ce projet, La Nef a choisi de donner une couleur plus légère aux Ayres de Dowland. Avec la complicité du ténor américain Michael Slattery, La Nef s’est amusée à dépouiller certains Ayres de Dowland de leurs accompagnements et contrepoints complexes en cherchant à leur redonner une simplicité, une saveur « celtique ». La revue anglaise Gramophone écrivait à propos de Michael Slattery et de son interprétation du répertoire traditionnel : « Michael Slattery a une brillante carrière devant lui. C’est une réelle joie d’entendre cette musique traditionnelle... si bien interprétée, de manière si idiomatique par un artiste sérieux et si talentueux. » Récemment Michael Slattery a participé au Tristan Project de Peter Sellars au Lincoln Center, il a chanté le rôle-titre dans Candide de Bernstein au Royal Festival Hall à Londres, et L’Orfeo de Monteverdi au Châtelet à Paris, au Staatsoper de Berlin et au Glimmerglass Opera.