Labels

Nouveaux produits

Meilleures ventes

Information

Paiement Sécurisé

Scriabine & Chopin : Préludes

ACO13017

Nouveau

Dina Yoffe, piano

Plus de détails

15,00 €

Fiche technique

Label :Acousence
EAN :4260017181307
Format :CD
Nombre du Support :1
Année édition :2017
Code Prix :UVM010
Genre :CLASSIQUE
Date de Sortie :26/05/2017
Compositeur/Artiste Principal :Scriabine / Chopin

En savoir plus

Alexandre Scriabine (1872-1915) : Préludes Op.11 - Frédéric Chopin (1810-1849) : Préludes Op.28

Ces quarante-huit préludes de Scriabin et de Chopin combinés en un seul cycle sont l'image symbolique et intemporelle des sentiments et des émotions de l'existence humaine. Chaque prélude du cycle exprime un sentiment éphémère, une pensée éphémère. La seule chose qui, au cours des siècles, semble être constante, c'est l'univers qui nous entoure. C'est dans son immense espace que nous pouvons trouver des réponses sur l'existence humaine. Originaire de Riga, en Lettonie, Dina Yoffe est diplômée du Conservatoire de musique Tchaikovsky à Moscou sous la tutelle du professeur Vera Gornostaeva, l'une des partisanes les plus importantes de la légendaire école Heinrich Neuhaus. Elle a remporté un grand prix au concours "R. Schumann" en Allemagne et au prestigieux concours international "F. Chopin" en Pologne et a participé à des festivals internationaux de musique en Europe, au Japon et aux États-Unis.

"J’y avais souvent pensé, Dina Yoffe l’a fait : alterner un à un les 24 Préludes Op. 11 de Scriabine et ceux de l’Opus 28 de Chopin. Évidemment, les deux langues se tuilent à mesure que le disque défile ses plages, les affinités électives proclament à quel point le piano du jeune Scriabine découle de celui de Chopin, pour la syntaxe comme pour le style, et démasque le fait que les harmonies novatrices du Polonais auront libéré les audaces extrêmes auxquelles parviendra le compositeur de Prométhée.

Il faut être, de technique, d’art, une sacré pianiste pour aller de l’un à l’autre avec un telle conscience des enjeux, une telle certitude que toujours l’un éclaire l’autre, et parvenir à lisser le sentiment d’étrangeté qu’on éprouve au début en basculant d’un cycle dans l’autre.

Le pari est absolument réussi, et illustre bien la maestria de cette artiste qui s’est beaucoup dévouée à Chopin, le jouant toujours dans le respect de ses textes originaux, s’abstenant de briller au profit de la seule musique.

Refermant le disque, je me prends à rêver que Dina Yoffe qui nous a déjà donné quelques très beaux album Chopin persévère chez Scriabine : elle nous doit en tous cas les pièces de jeunesse, Valses, Mazurkas, encore hantées par le salon de Chopin, ce sera en quelque sorte continuer l’œuvre commencée ici." pour www.artalinna.com