Labels

Nouveaux produits

Meilleures ventes

Information

Paiement Sécurisé

Jeney, Zoltan : Wohin ?

BMC240

Nouveau

MR Symphony Orchestra / Zoltan Kocsis, direction / Gabor Csalog, piano / Krulik String Quartet / György Déri, violoncelle / Plia Komsi, sorpano

Plus de détails

14,00 €

Fiche technique

Label :Budapest Music Center
EAN :5998309302404
Format :CD
Nombre du Support :1
Année édition :2017
Code Prix :UVM040
Genre :CLASSIQUE
Date de Sortie :21/04/2017
Compositeur/Artiste Principal :Jeney

En savoir plus

Zoltan Jeney (1943-*) : Wohin ? 2013, Heraclitus in H, Heraclitian Tear-drop, Heraclitus Adverbial, “which half is never the same?”, Consolazione (something lost: echo), Songs of Innocence and Experience, Pavane

En 2003, la revue MusikTexte a interrogé les compositeurs sur leurs points de vue sur la guerre en Irak. Ils ont reçu plus de cinquante réponses: certains ont écrit des lettres, d'autres ont écrit des compositions. Zoltán Jeney a envoyé une petite pièce pour voix solo, l'une des plus tristes blagues musicales de tous les temps. Dans cette mélodie chromatique à courte portée, hésitante et itinérante, l'auditeur reconnaît lentement le thème de l'Ode à la joie. Tandis que la mélodie exaltante de Beethoven a proclamé au cours des siècles le triomphe de l'humanisme et est même utilisée comme hymne de l'Union européenne, la version de Jeney est une parodie perdue, maladroite et privée de l'original et, en tant que tel, une sorte de protestation. La version monophonique d'origine de Wohin a été rapidement suivie par d'autres versions (pour quatre instruments mélodiques, quatuor à cordes, trio de vent, mélodie solo et accompagnement en six parties, etc.). La version la plus complète, qui a été créée lors d'un concert à l'Académie de Musique de Budapest à l'occasion du 70ème anniversaire du compositeur, est une unification de plusieurs versions antérieures, et amène la parodie encore plus loin. Ici, non seulement il y a une version tordue de l'Ode à la joie, mais il ya aussi une évocation du 6/8 mars, ou musique Janissary, inclue dans le final de la Neuvième Symphonie de Beethoven, et une caricature de l'apogée extatique remplie de mouvements de tremblements continus.