Labels

Nouveaux produits

Meilleures ventes

Information

Paiement Sécurisé

Aura Soave

FLO2712

Nouveau

Céline Scheen, soprano / Giovanna Pessi, arpa tripla / Philippe Pierlot, viole de gambe / Kaori Uemura, viole de gambe / Romina Lischka, viole de gambe / Rainer Zipperling, viole de gambe

Plus de détails

14,00 €

Fiche technique

Label :Flora
EAN :5425008378855
Format :CD
Nombre du Support :1
Année édition :2014
Code Prix :UVM040
Genre :CLASSIQUE
Date de Sortie :21/07/2017
Compositeur/Artiste Principal :Luzzaschi / Caccini / Kapsberger /Landi

En savoir plus

Luzzasco Luzzaschi (1545-1607) : Aura soave - Anonyme : Sinfonia Antica - Giovanni Giacomo Gastoldi (1550-1622) : Lrdito - Lnnamorato - Giovanni Girolamo Kapsberger (1580-1651) : Toccata Arpeggiata, Toccata - Stefano Landi(1587-1639)  : Augellin - Ippolito Tartaglino (1539-1582) : Canzon sopra Susanna - Giulio Caccini (1551-1618) : Torna, deh torna, Amarilli - Giovanni De Macque (1548-1614) : Prima Stravaganze, Nasce la pena mia - Barbara Strozzi (1619-1677) : Lmante segreto - Luigi Rossi (1597-1653) : Passacaille - Marco Marazzoli (1619-1662) : Sopra la Rosa

Ce deuxième récital de Céline Scheen pour le label Flora nous emmène aux sources du baroque, de ces « Nuove Musiche » et de cette nouvelle pratique qui vont changer le cours de la musique occidentale. La monodie italienne du début du 17e siècle présente une variété de formes : aux accents populaires et naïfs de la chansonnette « Augellin » répondent les « falalas » des airs à danser primesautiers de Gastoldi ou encore toute la subtilité du madrigal « Aura Soave ». Lncontournable « Amarilli » est ici méconnaissable, déguisé par une guirlande drnements et soutenu par une seule basse de viole jouée à la façon de la lyre. Lccompagnement est confié principalement à la harpe, considérée par les italiens de lpoque comme « la Reine des instruments », mais fait également appel au « concerto di viole » qui apporte un soutien particulièrement intense aux pièces les plus poignantes comme « Torna » de Caccini ou la magnifique allégorie de Marazzoli « Sopra la Rosa ».