Labels

Nouveaux produits

Meilleures ventes

Information

Paiement Sécurisé

3/4 D'Once / Pulcinella

BMC248

Nouveau

Pulcinella : Ferdinand Doumerc, saxophone, flûte / Florian Demonsant, accordéon / Jean-Marc Serpin, contrebasse / Pierre Pollet, batterie

Plus de détails

13,30 €

-5%

14,00 €

Fiche technique

Label :Budapest Music Center
EAN :5998309302480
Format :CD
Nombre du Support :1
Année édition :2017
Code Prix :UVM040
Genre :JAZZ
Date de Sortie :26/05/2017
Compositeur/Artiste Principal :Dourmec / Demonsant

En savoir plus

Compositions de Ferdinand Dourmerc : TPDC (Florian Demonsant) - Elle aimait l’été / She liked summer - Melchizedec - 3/4 d’once / Three quarters of an ounce - Devant ta porte / Outside your door - Les paris sont ouverts / All bets are off - Mélatonine / Melatonin - La fille de l’ombre / Shadow girl


Je ne vous ferai pas l’injure de rappeler que Pulcinella – Polichinelle en français – est un personnage de la commedia dell’arte italienne, valet rustaud qui, sous une apparence grossière, cache souvent plus d’un tour dans son sac. Jouer la comédie, les membres de ce bien-nommé quartette toulousain s’y entendent à merveille, mettant en scène leurs compositions comme autant de saynètes drolatiques, fantasques ou tendres, dont les titres énigmatiques, elliptiques ou suggestifs permettront à chacun de se raconter sa petite histoire. Et si le rythme de la pièce est souvent trépidant, on sent que son inspiration se rattache autant à la faconde de Polichinelle qu’à la rêveuse mélancolie d’un Pierrot lunaire.  

 

“Depuis près de treize ans maintenant, Pulcinella balade par monts et par vaux son univers musical à la fois fantasque et sérieux. Ce ¾ d’once, pour lequel le groupe a sollicité les conseils de Sylvain Rifflet, ne déroge pas à la règle. D’ailleurs, à l’écoute de l’album, on savoure tout ce qui fait la patte pulcinesque des enregistrements précédents. Les ingrédients sont identiques et, au final, nous voici dans un univers qui contient les mêmes cabrioles et acrobaties qui font de Pulcinella un cirque « sans les quilles, les ours et les cerceaux ». Aussi retrouve-t-on dans les premières mesures de « Mélatonine » ces bribes, sons en équilibre et motifs latents qui constituaient génialement « Pierre de folie » ou encore « Morphée ». Concédons que cette tendance à l’évanescence est peut-être plus fréquente qu’auparavant puisqu’on la trouve sur presque tous les morceaux. D’ailleurs, Ferdinand Doumerc ne dit-il pas que l’album est « plus doux, plus mûr, plus sage » ? Si changement il y a, c’est ici qu’il faut le cherche” par Gilles Gaujarengues // Publié le 23 avril 2017 // http://www.citizenjazz.com/